• Home
  • |
  • Blog
  • |
  • Pourquoi choisir un objectif à focale fixe en montagne ? Quels avantages par rapport au zoom ?

août 3, 2021

Pourquoi choisir un objectif à focale fixe en montagne ? Quels avantages par rapport au zoom ?

Si vous aimez les belles randonnées en montagne ou ailleurs, je parie que l'encombrement et le poids de votre matériel photo est un sujet que vous ne prenez pas à la légère  🙂

On a souvent plus de plaisir à prendre des photos quand le matériel se fait oublier. Car oui, malgré votre bonne volonté, un objectif de 700g vous rappellera toujours sa présence !

Dans cet article, je vais vous partager les avantages à troquer votre zoom contre un objectif à focale fixe en balade. Et si vous pensez acquérir plutôt un appareil compact (à objectif non-interchangeable), restez avec moi car vous verrez que vous n'avez pas forcément besoin d'un zoom x20.

Mais d'abord, parlons d'une situation sans doute familière.

Le mythe du bon vieux sac photo

C'est le réflexe que nous avons tous eu au début : ranger soigneusement tous nos objectifs dans un sac photo, du grand angle au téléobjectif, pour faire face à toutes les situations photographiques imaginables : un paysage devant nous, ce chamois aperçu là-bas sur la crête. On ne sait jamais.

Vous vous dites peut-être que c'est dommage de laisser vos objectifs prendre la poussière dans le placard et qu'il faut les rentabiliser un maximum. Et avoir un sac photo bien garni, ça fait pro !

Donc admettons que vous emportiez les trois objectifs que vous possédez, disons un 16-35mm pour les grands espaces, un 24-70mm qui restera monté par défaut sur votre boîtier, et enfin le 70-200mm quand il faut beaucoup zoomer (je parle en focale équivalente plein format).

C'est ce que font beaucoup de photographes de paysage connus disposant d'une large communauté sur les réseaux sociaux (comme il ne faut pas dénigrer des collègues, je ne donnerai aucun nom 😅)

Mais, en testant ça sur le terrain, je n'ai pas trop aimé pour les raisons suivantes :

  • le plus évident : la charge sur les épaules. Surtout si vous avez un appareil à capteur APS-C ou Plein Format, le poids total peut rapidement atteindre plusieurs kilos. Parfois, le poids semblait pourtant raisonnable à la maison et révèle sa vraie nature dès la première montée un peu raide 😅 Et je ne sais pas vous, mais le poids d'un gros sac vient ternir l'expérience globale d'être en pleine nature. C'est vraiment dommage.

  • Si vous prenez beaucoup de matos et que vous aimez la photo (c'est le cas puisque vous lisez cet article ^^), vous allez peut-être vous sentir obligé de faire votre sortie pour la photo, plutôt que votre sortie et la photo. Rien de mal à ça ! Mais parfois, on a juste envie de se balader et PEUT ÊTRE faire quelques clichés si l'occasion se présente.

Bon, si vous avez un appareil micro 4/3 ou un compact, votre matériel est léger et ces premiers inconvénients ne vous embêtent pas trop. Mais restez avec moi, le point suivant va probablement vous parler !

  • la peur de rater quelque chose. En anglais, c'est l'acronyme FOMO (Fear Of Missing Out) souvent employé pour expliquer cette tendance à consulter sans cesse les réseaux sociaux de peur de rater une information importante.

    Ici, ce sentiment naît du fait que vous ayez toutes les focales possibles dans votre besace. Vous pouvez donc techniquement réaliser toutes les photos. Et cela peut créer le stress de ne pas avoir le bon objectif monté au bon moment et de rater LA photo !

    Imaginez-vous en face d'un paysage extraordinaire. Votre 24-70mm est déjà monté sur votre boîtier. Parfait, vous faites quelques clichés. Mais vous remarquez que l'image manque de profondeur et justement, il y a ce rocher esthétique qui ferait un bon premier plan. Vous montez donc le 16-35mm. Re-clic. Oh et au loin, cette montagne est quand même drôlement symétrique, vous pourriez essayer de l'isoler au téléobjectif pour faire son portrait ! Et ainsi de suite, vous ne savez plus trop où donner de la tête...

En soi, le problème n'est ni de changer d'objectif, ni de faire plusieurs essais, ni de faire attendre vos amis (de toute façon ils sont sympas puisque ce sont vos amis) 😉

Non, le souci est plutôt de finir par photographier de manière machinale à toutes les focales, comme si c'était une obligation. Et en faisant ça, il arrive de rester immobile, cloué au sol en ne faisant que zoomer et dézoomer !

C'est aussi ce qu'il peut se passer avec des objectifs "à tout faire" à forte amplitude de zoom, comme le 24-120mm ou un 18-300mm.

Sur ces photos de la Pierra Menta dans le massif du Beaufortain, je me suis contenté de zoomer et dézoomer avec mon 24-120mm. J'aurais dû aussi tester des angles différents ! Mais que voulez-vous, c'est en faisant l'erreur qu'on apprend 🙂

Résultat : se trouver avec des photos finalement assez similaires qui ne varient que par la quantité de zoom. Si vous disposiez de moins de focales, vous auriez pu explorer différentes compositions en changeant l'angle de vue (au ras du sol, plus proche de ce rocher, de cet arbre, de cette petite fleur).

Je vais tenter une analogie avec l'architecture 🙂 Demandez à un architecte d'imaginer un projet sans aucune contrainte sur votre terrain. Ce sera beaucoup plus dur pour lui qu'avec des instructions qui le cadrent un peu.

C'est pareil avec les focales.

En réduisant votre choix de focales, vous allez photographier de manière plus consciente et créative. Nous allons maintenant voir les avantages d'une focale fixe lors de vos grandes bambées.

De manière générale, les objectifs qui couvrent une très large plage de focale n'ont pas une qualité optique incroyable...

Être plus réactif et plus créatif avec une focale fixe

C'est le plus évident et je vous l'avais dit plus haut : être léger et compact. Mais ce n'est pas tout.

Votre appareil ne vous quittera plus

Comme le dit la célèbre maxime "le meilleur appareil est celui qu'on a avec soi": vous n'allez plus hésiter une seconde à prendre votre appareil photo sur le terrain. Tout simplement parce qu'il va devenir hyper léger et compact.

Le Lumix GX9 (450g) équipé d'un 12mm f/2 (130g) ou d'un 12-60mm f/2.8-4 (320g)

Par exemple, sur un appareil micro 4/3, si vous troquez votre objectif 12-60mm contre un petit 12mm fixe, vous divisez par deux la taille et le poids de l'ensemble.

Le Sony A7III (650g) avec un 20mm (220g) fixe ou un 16-35mm (680g)

Sur un appareil plein format, comme ici le Sony A7III, voyez la cure de minceur en passant du 16-35mm f/2.8 au 20mm f/2.8 !

Qui dit gain de poids et d'encombrement dit aussi gain de réactivité : c'est le corollaire, comme on dit en math 🙂

Avec un appareil si compact, vous pourrez aisément :

  • le porter à votre ceinture (cela pourrait faire l'objet d'un prochain article, dites-moi si ça vous intéresserait en commentaire !)

  • le tenir à une main

  • le dégainer en moins de 5s à la Lucky Luke.

Passons à un second avantage bien connu mais néanmoins important !

Économiser de l'argent

Un objectif à focale fixe est plus facile à fabriquer qu'un zoom. Donc pour un budget équivalent, vous aurez une qualité optique bien meilleure.

Par exemple le 50mm f/1.8 est un objectif d'une centaine d'euros neuf que j'ai acheté il y a bientôt 10 ans et qui est du même niveau optique que certains zooms pro qui coûtent pourtant 10 fois son prix ! C'est un modèle qu'on retrouve dans presque toutes les marques.

Et si ce n'est pas déjà fait, lisez l'article de Laurent du blog Apprendre la Photo sur les avantages de cet objectif, ça va vous plaire (ce n'est pas un hasard si c'est le plus lu de son blog ^^)

Retrouver du plaisir à faire de la photo

Le fait de photographier avec une focale fixe va simplifier votre pratique:

  • au lieu de zoomer et dézoomer, vous allez changer d'angle de vue en vous décalant (faites quand même attention au vide ^^) et mieux penser votre composition. Avec un paramètre de moins à gérer, vous serez plus détendu et créatif.

  • Puisque vous n'avez plus toutes les focales, vous allez accepter de ne pas pouvoir faire certaines photos. C'est un état d'esprit assez libérateur. Dites donc adieu à la FOMO, et bienvenue à l'instant présent ! Et tant pis si vous ne pouvez pas faire cette photo à 200mm que vous aviez en tête, vous trouverez un cadrage moins immédiat qui sera sans doute meilleur (bon ok, si vous faites de la photo animalière, ça peut être compliqué, c'est vrai 🙂 Mais dans ce cas, peut être que votre focale fixe sera un 200mm justement ^^)

  • En développant ce lâcher prise sur le matériel, vous serez forcément plus détaché vis-à-vis des tests des nouveaux objectifs. Pendant que les autres liront des tests de matériel, vous serez sur le terrain à faire des images 🙂

  • Quand vous n'avez qu'une focale fixe, vous entraînez votre œil à voir à cet angle de vue. Cette capacité de prévisualisation d'une bonne image vous permettra de voir la photo avant même de regarder dans le viseur.

Ok, comme vous voyez, les focales fixes peuvent vous aider, on a compris 😂 Mais comment choisir celle qui correspond à votre pratique ? C'est ce que nous allons voir tout de suite.

Comment choisir une focale fixe en fonction de votre pratique ?

Comme je vous ai dit plus haut, il est facile de devenir flemmard avec un zoom. Mais si vous avez déjà un objectif zoom, ne le jetez pas à la poubelle ! Il va vous être utile pour identifier la focale fixe qui pourrait le remplacer 🙂

Récemment j'ai découvert un outil dans le logiciel Lightroom pour voir les focales utilisées sur chaque objectif.

Par exemple, voilà ce que cela donne avec mon objectif Nikon 16-35mm f/4.

On peut voir qu'à ce jour, j'ai pris au total 10178 photos avec cet objectif (colonne de gauche), avec la répartition pour chaque focale (colonne de droite). Voici ci-dessous un camembert un peu plus visuel !

59% des photos prises avec cet objectif l'étaient à 16mm. Et 69% à une focale inférieure ou égale à 20mm. Instructif !

J'utilise beaucoup la focale 16mm car je fais souvent des photos d'action en montagne où je me rapproche de mes sujets. Elle est aussi utile pour donner un sentiment d'immersion au spectateur grâce à son large angle de vue.

Pour les longues balades, je prends désormais une focale fixe 20mm f/2.8 très compacte, et je réserve le 16-35mm pour des sorties courtes où je peux me permettre de porter plus..

Mais pour vous, ce sera peut être différent ! Un 24mm, ou bien le 35mm peut-être...

Pour le savoir, menez votre enquête ! 😉 Et pas besoin de Lightroom : regardez juste la focale majoritaire utilisée pour vos meilleures photos 😉

Mais alors, faut-il emporter une seule focale fixe ?

Ce serait idiot de vous répondre par oui ou non, ça dépend de tellement de choses. Mais comme en disant ça je vous aide encore moins, je vais vous dire ce qui marche pour moi 😉

Si vous recherchez à vous alléger au maximum, prenez juste votre focale fixe de prédilection (méthode pour la choisir juste au dessus !) S'il vous reste de la place, prenez un zoom ou un autre focale fixe radicalement différente.

Par exemple, en plus de mon fidèle 20mm, je prends souvent mon 70-200mm.

Comme ça, les deux objectifs correspondent à des types de photo très différents. Il n'y a pas de chevauchement d'utilisations, donc pas de prise de tête pour le choix !

Heureusement que je n'avais que ma focale fixe 20mm, car dans cette situation je n'avais pas le temps de tester 5 objectifs !

Voilà l'idée : pour documenter la balade en action, j'utilise le 20mm. Uniquement pour faire des portraits de montagne au loin, je sors le 70-200mm.

Quand des montagnes apparaissent au loin, je sors le 200mm 🙂

Vous, ce sera peut être un 24mm pour photographier les paysages et un 80mm pour réaliser des portraits de gens que vous rencontrez. Ou des champignons dans la forêt 🙂 C'est vous qui savez 😉

L'idée à retenir est que vos utilisations soient disjointes . Un objectif, un type de photo. Sinon, gare au FOMO et au zoome dézoome qui risque de vous scotcher sur place.

Je précise que ce n'est pas une règle rigide, évidemment. Certains photographes utilisent des zooms et se portent très bien.

Mais vous devriez tester cette idée "une focale fixe principale + objectif supplémentaire", et "chaque objectif assigné à un type de photo", ça risque de vous plaire !

Conclusion

J'arrive au terme de cet article, merci de m'avoir lu ! J'espère vous avoir donné envie de plonger dans le cercle très fermé des focales fixes 🙂

Utiliser votre focale de prédilection comme focale fixe va vous rendre plus créatif dans vos cadrages et vous donner envie de photographier plus !

Alors, quelle est votre focale fixe de prédilection à vous ? Dites-le moi en commentaire, je suis curieux de savoir pour quel type de photos vous l'utilisez !

Si vous avez des questions ou des remarques (ou si vous n'êtes pas trop d'accord avec moi, ça arrive), laissez un commentaire ci-dessous, je réponds ^^

Related Posts

Pourquoi choisir un objectif à focale fixe en montagne ? Quels avantages par rapport au zoom ?

Pourquoi choisir un objectif à focale fixe en montagne ? Quels avantages par rapport au zoom ?
  • Utilisateur uniquement de F. fixes avec mon Xpro2 (12/18/35 et 85), je suis d’accord avec tout les points ! Très bel article.

  • Bel article. Simple amateur, j’utilise une focale fixe en montagne depuis 20 ans avec un intermède zoom de 6-7 ans entre. Désormais, j’ai un 18mm APS-C (28mm eq. 24×36). A noter, que je peux facilement cropper les photos en direct, et se retrouver avec une photo 35mm ou 50mm (1/3 de mes photos), sans trop de perte de qualité.

    • Merci pour le retour d’expérience. C’est un objectif très polyvalent le 28mm, et ce n’est pas un hasard si on le retrouve dans beaucoup de smartphones, et dans le Ricoh GR aussi !

  • Bonjour.
    Merci pour cet article intéressant .
    Voici une méthode que nous utilisons depuis de nombreuses années pour porter l’appareil photo sans se « scier » le cou: Nous passons simplement la courroie de l’appareil dans un petit mousqueton pris dans l’anneau de portage du sac à dos. c’est le sac qui porte l’appareil et non plus notfe cou. On peut ainsi porter l’appareil en bandoulière, autour du cou, a droite, a gauche, et même derrière l’épaule pour l’abriter du soleil inrense dans le désert ou dans le passages delicats et rocheux pour la petite escalade , pour poser le sac, il suffit de tenir la bretelle du sac en même temps que la sangle de l’appareil. en velo, je mets en plus un autre mousqueton sur le devant pour eviter le balancement.
    Voilà cette astuce simple interessera peut être quelques photographes.
    Denis

    • Merci Denis pour ton commentaire. Juste une petite question : « dans un petit mousqueton pris dans l’anneau de portage du sac à dos ». S’agit-il des anneaux en haut des bretelles du sac ?

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >