Nous avons franchi une étape importante dans ce cours en traitant les fondamentaux de l’exposition et de la mise au point. À présent, nous allons pouvoir nous consacrer à des considérations plus pratiques !

Ce cinquième module va traiter du processus de prise de décision quand on manipule un appareil photo. Nous allons découvrir quelles sont les différentes options et quel sont leurs impacts respectifs sur l’image finale.

Le premier sujet que nous allons aborder est cette étrange créature qui est souvent le moyen le plus sûr de gâcher une photo : le flash !

Son principe est simple : générer une lumière pendant une fraction de seconde, le temps que l’obturateur de l’appareil est ouvert. Et comme tous les photographes le savent, une bonne lumière est la plupart du temps un ingrédient crucial pour faire de bonnes images. Avoir la possibilité de créer et de contrôler sa propre lumière selon ses besoins est donc très puissant.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle beaucoup de professionnels se soucient davantage de leurs éclairages que de leur caméra et de leurs objectifs 😉

Sans avoir à s’aventurer dans le domaine des gros éclairages professionnels de studio, il y a deux types de lumières artificielles accessible facilement aux photographes. Presque tous les appareils ont un flash intégré (appelé souvent flash pop-up, car il s’ouvre avant de prendre la photo), et si vous avez une griffe porte-flash, vous pouvez fixer un flash externe (parfois appelé flash cobra).

Les flashs pop-up présente néanmoins de fortes limitations :

  •  il ne peut pas être retiré de l’appareil ni orienté dans une direction différente de celle de l’objectif
  • Il manque souvent de puissance et son contrôle manuel est limité
  • il est alimenté directement par la batterie de l’appareil photo, la vidant rapidement

En revanche, le flash pop-up a le mérite d’être toujours disponible et d’être compact, contrairement aux onéreux flashs externes qu’il faut en plus transporter.

La meilleure chose que vous puissiez faire est de retirer le flash de votre appareil et de l’utiliser à côté : on parle alors de flash déporté (off-camera flash en anglais). Vous le savez sûrement déjà, mais utiliser le flash frontalement, dans le même axe que votre objectif, va généralement aplatir tout dans votre image et créer une lumière inesthétique.

En revanche, dès que vous allez l’utiliser dans une position différente, avec un angle différent par rapport à votre sujet, le flash aura l’effet inverse : augmenter la profondeur de votre image, sculpter votre sujet, et au final mieux raconter l’histoire que vous souhaitez.

Pour déclencher le flash externe, vous pouvez utiliser une transmission radio (un émetteur sur l’appareil et un récepteur sur le flash), ou bien le mode appelé « maître-esclave », qui ne nécessite ni récepteur ni émetteur : votre flash pop-up appareil va envoyer des pré-éclairs pour déclencher le flash externe.

Il existe depuis quelques années des récepteurs/émetteurs radio bon marché de fiabilité suffisante (marque GODOX, notamment). Une alternative possible est d’utiliser une connexion filaire entre le boîtier et le flash externe, même si vous aurez dans ce cas une moindre marge de déplacement du flash.

Que le flash que vous utilisez soit intégré à l’appareil ou déporté, celui-ci peut être utilisé en mode TTL (mode automatique), ou manuel.

En mode TTL, voici ce qu’il va se passer :

  • avant de prendre la photo, l’appareil ordonne au flash de déclencher un éclair d’une puissance prédéterminée, puis enregistre l’exposition de l’image obtenue.

  • Cette information permet à l’appareil d’ajuster la puissance de flash nécessaire pour obtenir une bonne exposition (la puissance jugée nécessaire est donc calculée à partir de la lumière traversant votre objectif d’où l’acronyme TTL – through the lens)

  • cette information est envoyée au flash pour un second éclair, et l’appareil ouvre l’obturateur au même instant pour prendre la photo.

Toute cette séquence se déroule si rapidement que votre œil ne voit qu’un seul éclair de flash !

Vous pouvez aussi utiliser le mode manuel, où vous contrôlez vous-même la puissance de chaque flash : pleine puissance (1) ou moins (1/2, 1/8, … 1/64 …).

Sans rentrer dans des schémas avancés d’éclairage (il y en a beaucoup), il y a deux situations d’utilisation type de votre flash :

Flash en lumière d’appoint (fill-flash en anglais)

L’idée ici est d’apporter une lumière d’appoint sur les sujets éclairés en contre-jour, ou bien sur ceux présentant de forts contraste (par exemple des ombres dures sur le visage d’un sujet quand le soleil est au zénith). Vous pouvez utiliser le flash en lumière avec le flash pop-up ou un flash déporté.

En lumière naturelle, dans le cas où votre sujet est éclairé en contre-jour, vous avez deux choix possibles :

  • vous exposez pour votre sujet et vous aurez un arrière-plan blanc pur (surexposé donc)
  • vous exposez pour votre arrière-plan et vous aurez une silhouette au lieu d’un portrait

Le flash d’appoint permet d’apporter juste assez de lumière pour éclairer votre sujet tout en gardant un arrière-plan suffisamment exposé. Utilisée correctement, cette technique rend l’éclairage au flash pratiquement invisible et la scène reste parfaitement naturelle.

En pratique, la méthode pour régler un flash d’appoint est assez simple :

  • Faites vos réglages sans flash pour exposer correctement l’arrière-plan
  • Éclairez votre sujet avec le flash réglé à sa puissance minimum et avec un diffuseur pour rendre la lumière douce (nous détaillerons cet accessoire juste après). Ensuite, augmentez progressivement la puissance du flash jusqu’à obtenir le bon équilibre entre le sujet et l’arrière-plan (généralement un écart de -2 à -1 stop).

Flash en lumière principale

Quand la scène est trop sombre, le flash peut remplacer la lumière ambiante. Attention dans ce cas de figure à ne pas utiliser tel quel le flash pop-up de votre appareil, sinon vous obtiendrez un résultat médiocre au look « photo de soirée en intérieur avec visage tout blanc ».

Dans ce cas de figure, le but est donc d’éviter le rendu du flash frontal brut. Pour commencer, la manière la plus simple est d’utiliser un flash externe que vous déplacez sur le côté, ce qui va créer immédiatement de la profondeur et ajouter de l’intérêt à l’image. Si vous n’avez que le flash pop-up de votre appareil à disposition, deux solutions s’offrent à vous : diffuser la lumière ou bien utiliser la technique du « flash indirect »

Rendre la lumière plus diffuse

Il faut savoir que plus la taille d’une source de lumière est petite par rapport à votre sujet, plus la lumière sera douce c’est-à-dire avec peu d’ombres. L’exemple type pour bien comprendre est le soleil : sa taille relative par rapport à vous est très petite (c’est un point dans le ciel) et donc il produit des ombres dures disgracieuses sur les visages. En revanche, par temps nuageux, sa lumière est répartie sur l’ensemble du ciel : la taille de la source de lumière devient grande par rapport à vous, et la lumière produite ne crée presque pas d’ombre : on dit qu’elle est diffuse.

Revenons à notre flash pop-up. Si vous n’avez que cela sous la main en lumière principale, l’idée est de diffuser cette lumière sur une surface plus grande pour la rendre plus douce. Vous pouvez utiliser tout matériau transparent à la lumière, mon préféré étant une serviette en papier blanche pliée plusieurs fois.

Utiliser le flash indirect

Une autre solution pour utiliser le flash en lumière principale est de le diriger vers une surface réfléchissante, comme un plafond ou un mur, qui réfléchira à son tour la lumière vers votre sujet de manière diffuse.

Quelques points de vigilance pour bien utiliser cette technique :

  • La surface en question doit être assez proche, sans quoi la puissance du flash sera considérablement réduite.

  • Si la surface qui réfléchira la lumière n’est pas blanche, cela générera une modification de la dominante couleur qui vous compliquera la vie pour retrouver une balance des blancs correcte en post-traitement.

  • Si vous ne pouvez pas orienter la tête de votre flash (cas du flash pop-up), une carte de visite inclinée à 45° devant peut faire l’affaire !

 Nous avons à peine effleuré la surface des possibilités d’un flash. Heureusement, il existe une ressource en ligne exceptionnelle si vous voulez en apprendre plus sur le sujet : le blog Strobist de David Hobby. Lisez en particulier sa leçon sur la lumière (soyez conscient qu’elle est va beaucoup plus en profondeur que la présente leçon !)

Maintenant, à vous !

Pour la mission d’aujourd’hui, nous allons faire simple et garder le flash sur l’appareil. Vous pouvez utiliser soit un flash externe ou bien votre flash pop-up.

Trouvez un arrière-plan lumineux (quelque part en extérieur), et placez une victime consentante devant. Prenez une photo éclairée uniquement la lumière naturelle, en exposant pour l’arrière-plan, et vérifiez que votre sujet est effectivement trop sombre. Maintenant, utiliser votre flash en lumière d’appoint, et exposez correctement le sujet.

Si vous pouvez modifier manuellement la puissance de votre flash (mode manuel du flash), augmentez là jusqu’à obtenir un éclairage à l’aspect naturel dans votre scène. Si vous n’avez pas cette option dans les menus, utilisez un matériau translucide pour limiter la quantité de lumière qui atteint votre sujet (en plus, cela aura l’avantage d’adoucir la lumière). Une feuille de papier ou une serviette blanche fonctionnent bien, mais vous pouvez bien sûr être plus créatif si vous voulez !

Pour la seconde partie de cette mission, revenez en intérieur et trouvez une scène suffisamment sombre pour ne pas réussir à faire la mise au point sans augmenter les ISO à des niveaux extrêmes. Essayez de faire un portrait avec un flash frontal brut (orienté dans l’axe de l’objectif et sans diffuseur).

A présent, essayez de diffuser la lumière de votre flash pour différentes puissances, et observez comment la lumière change. Faites la même chose en utilisant le flash en mode indirect contre les murs, puis contre le plafond. Observez comment les ombres se déplacent dans différentes directions et le changement d’atmosphère de l’image.

Et maintenant, faites le serment solennel de ne plus jamais utiliser un flash frontal brut en face de quiconque 🙂

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
Pen
>